Accueil

16/05/2019 : Une hôte peu désirable… La Renouée du Japon

Une hôte peu désirable…

La Renouée du Japon

 

Un peu partout en France, le long des grands fleuves mais aussi le long des routes, dans les friches, à la campagne comme à la ville, en plaine comme en montagne, on rencontre de plus en plus souvent une herbe géante à larges feuilles, couverte de fleurs blanches à l'automne : la Renouée du Japon (Fallopia japonica).

Nous avons plusieurs exemples sur notre commune : chemin de la forêt, zone en bas de la montée du village, aux environs de l’aqueduc et sur les communes voisines.

Mais d’où vient-elle ?

Introduite délibérément en Europe en 1825 comme plante ornementale, fourragère, mellifère et fixatrice du sol. En raison de sa floraison exceptionnelle, R. japonica est devenue une plante populaire dans les jardins victoriens de l'Europe, remportant une médaille d'or en 1847 de la Société de l'agriculture et l'horticulture à Utrecht comme la plante la plus "intéressante" de l'année. Elle s’est naturalisée à la fin du 19ème siècle et a débuté sa colonisation exponentielle vers le milieu du 20ème siècle.

 

Photo : le ruisseau des Echets au début du printemps.

 

Et alors, me direz-vous, où est le problème ?

Sitôt arrivée dans un milieu propice, la renouée se développe rapidement, et empêche la pousse de toutes les autres plantes, même installées longtemps avant elle ! C’est une plante invasive et particulièrement difficile à déloger.

 

A quoi ressemble-t-elle ? Une herbe géante à grandes feuilles et à rhizome énorme de la famille des Polygonacées.

La Renouée du Japon est une grande herbe pouvant atteindre 3 à 4 m de haut.

Elle possède des rhizomes, tiges souterraines bien développées et lignifiées, assurant la pérennité de la plante. Elles peuvent atteindre 15­20 m de long et pénétrer dans le sol jusqu’à 2­3 m de profondeur. Ses tiges sont creuses, érigées, rougeâtres, semi-ligneuses avec des nœuds marqués qui les font ressembler à des tiges de bambous. Les feuilles sont grandes (elles atteignent 20cm de long), ovales-triangulaires, tronquées à la base, terminées en pointe (d'où l'un de ses noms d'espèce : cuspidatum) et portées par un court pétiole rouge. Elle aime l’humidité mais ne craint pas la sécheresse grâce à la profondeur de ses rhizomes.

 

Croissance et reproduction :

Elle possède la capacité à se reproduire de façon végétative (c’est à dire, sans floraison) : des tiges souterraines se développent en tous sens et portent des bourgeons dont la durée de vie est de 10 ans : une fauche, un brûlis, sont par conséquent inefficaces : les bourgeons souterrains réapparaissent grâce à des organes de réserve. Les tiges sont issues d'un rhizome énorme qui peut atteindre 30cm de diamètre. Celui-ci tisse un réseau dense qui colonise l'espace souterrain au point de monopoliser l'eau et les nutriments. L'été, la Renouée du Japon y accumule une quantité considérable de réserves qui permettront aux tiges de pousser très vite au printemps suivant (elles peuvent gagner 4,6cm par jour !) et ainsi prendre de vitesse les plantes endogènes. Les ronces et les orties n’y résistent pas.

La Renouée du Japon produit dans sa litière des composés phénoliques toxiques pour les racines de ses concurrents végétaux directs.

 

Son mode de propagation

Dans l’aire d’introduction, la plante se dissémine rarement par ses graines. La conquête de nouveaux territoires se fait donc par la multiplication végétative qui est facilitée par l’eau, l’érosion des berges, les rivières et, parfois, les animaux qui ont tendance à transporter des fragments de la plante.

L’homme intervient dans sa propagation par le déplacement de terres contaminées par les plantes, à l’occasion de travaux de génie civil et rural (construction de routes et autres voie de communication, réseaux d’assainissements, aménagements de cours d’eau, d’espaces verts, etc.) ou par un mauvais entretien des berges, des haies.

 

Lutte curative :

Arrachage manuel : Extraction des rhizomes du sol. Cette technique se révèle peu efficace car il est difficile d'extraire l'ensemble des rhizomes sauf si l’arrachage est fait tout au début de l’apparition de la première pousse.

 

Mécanique : Par la fauche. La Renouée du Japon réagit à cette perturbation en augmentant les densités des tiges et en diminuant la hauteur et le diamètre des tiges. Les diminutions des hauteurs font suite à l’épuisement des réserves durant l’année, entraînant une vitalité moindre de la plante. L’efficacité du contrôle est accrue en augmentant le nombre de fauches dans l’année ce qui permettra d’épuiser les réserves de la plante, et en appliquant un certain nombre de mesures sur le site, lors des dégagements et des fauches :

couper les tiges en dessous du premier nœud, entasser les tiges sur le site même, pour limiter le transport et le risque de contamination, stocker les résidus de fauche sur bâche en milieu ouvert et hors zone inondable, recouvrir le tas pour éviter toute dispersion par le vent, laisser sécher les résidus pour les brûler dès que possible, retourner le tas 2 à 3 semaines plus tard pour favoriser le séchage, surveiller qu’aucun résidu ne s’enracine et, lorsque c’est le cas, l’extraire immédiatement, nettoyer les outils, les pneus et chenilles des véhicules. Suivre la gestion tous les mois pendant plusieurs années. Cette méthode de lutte est encore plus efficace quand elle est couplée avec d’autres mesures comme le reboisement.

Exemple d’envahissement sur notre village : en 2016, la renouée poussait dans la haie d’un terrain privé. En 2017 quelques pousses font leur apparition de l’autre côté du mur. En 2018, dix mètres de trottoir sont envahis. En 2019 les pousses réapparaissent, jusqu’où ? La plante d’origine a pourtant été détruite.

 

Dès que la végétation redémarre, vérifiez que vos haies, vos talus, ne possèdent pas quelques pousses de cette hôte si dangereuse pour le maintien de la diversité des espèces autour de nous !

 

                                              

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie :

 

http://biologie.ens-lyon.fr/ressources/Biodiversite/Documents/la-plante-du-mois/la-renouee-du-japon-a-la-conquete-du-monde
http://www.nord-nature.org/fiches/fiche_s6.htm
https://www.rustica.fr/tv/eliminer-renouee-japon,11654.html