Accueil

Chenilles Processionnaires

Un développement important de chenilles processionnaires est constaté depuis ces dernières années. L’agglomération lyonnaise et la commune de Sathonay-Village en font partie. Une forte prolifération provoque un dépérissement des arbres à moyen terme. Par ailleurs, ces chenilles possèdent des poils urticants pouvant provoquer chez l’homme des démangeaisons, oedèmes, troubles oculaires ou d’autres symptômes plus ou moins graves. 


Attention, les chiens et les chats peuvent être également affectés très gravement.


Pour agir efficacement, il est conseillé de traiter les chenilles mécaniquement à l’aide d’un échenilloir, ou d’installer des pièges à chenilles (disponibles dans certains magasins de bricolage), dès la sortie de l’hiver, soit à partir de février-mars selon l’ensoleillement, puis de faire couper et incinérer immédiatement les rameaux portant les nids. Le danger des chenilles processionnaires provient de leur manipulation qui entraîne la libération du venin après que les poils se soient rompus.

 

Ce venin a la capacité de détruire les tissus (on parle de nécrose tissulaire). Il faut également préciser que le simple fait de se tenir au-dessous d’un nid de chenilles processionnaires est suffisant pour présenter les symptômes suivants :

  1. - Irritation accompagnée de démangeaison plus ou moins importante.
  2. - Présence de lésions oculaires parfois très grave.
  3. - Survenue d’un oedème au niveau de la langue.
  4. - Le fait d’avaler une chenille processionnaire peut être mortel.


Conduite à tenir en cas de contacts avec les chenilles processionnaires : pratiquer un rinçage immédiat à l’eau claire et demander une consultation en urgence. Les méthodes d’éradication L’échenillage, consiste à couper les nids et à brûler les cocons. Cette méthode nécessite l’intervention d’un professionnel (élagueur). 


  • Les éco-pièges, permettent la capture et la destruction des chenilles processionnaires du pin, grâce à une collerette percée d’un trou et fixée sur le tronc de l’arbre. Alors, les chenilles sont récupérées dans un sac collecteur qui sera éliminé un mois après les dernières descentes.

 

  • Les pièges à phéromone, donnent lieu à la capture des papillons mâles (stade adulte de la chenille) et réduisent ainsi la reproduction : ils sont suspendus aux branches basses du pin et diffusent l’odeur des papillons femelles.

 

  • Le traitement biologique, s’effectue en pulvérisant le Bacille de Thuringe (biopesticide en vente dans les jardineries).

 

  • L’installation de nichoirs à mésanges : bleue ou verte, la mésange est un véritable prédateur de la chenille processionnaire, car elle ne craint pas d’ingérer les poils urticants.

 

Plus de renseignements https://chenilles-processionnaires.fr/chenille-processionnaire-du-pin